Les vents secs d’Oranie soufflent des poussières ocres
Qui se glissent dans tes cheveux longs
Ils portent les rumeurs d’un lieu
Où le temps n’est plus une prison sans mur
Où les histoires succèdent aux promesses
Et où les larmes versées ont donné leur soleil aux peuples de l’Univers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.