Les mots se perdent et lorsqu’ils se retrouvent ils n’ont plus de liant. Ils n’ont plus ce liant.
De désirs en soupirs, il me tarde de sentir à nouveau l’émulsion entre ce trop vide et ce trop plein.
Et le moment venu, je pourrai me faufiler à nouveau au milieu des interlignes.