Je n’avais pas vu la poésie, je l’ai laissé sombrer.

Au plus profond des abysses de mon être, elle attend.

Quelques demi-mots, des regards asynchrones, des gestes retenus, des perspectives qui effacent l’horizon; et la poésie vient frapper à nouveau au rythme du ressac.